Posts Tagged ‘ viol ’

Le psychiatre violait ses patientes pour « récupérer son énergie »

A partager

« Tout était énergie vitale et il dépensait son énergie en prodiguant des soins. Ses patientes étaient par conséquent redevables pour chaque séance d’une pénétration ou d’une fellation afin qu’il récupère son énergie. »

Cela pourrait presque être drôle si ce n’était pas si dramatique.
La psychiatrie ne sait pas quoi inventer pour « expliquer » ses crimes mais maintenant que plusieurs affaires du même style ont été jugées par la justice elle a du souci à se faire je puis vous l’assurer.

12 ans de prison pour le psychiatre Bernard Calamy installé dans le Gard à Sauve, voilà peut-être une décision juridique qui fera réfléchir les autres passionnés du viol et abus sur personnes affaiblies, ne croyez-vous pas?

On peut voir dans cet article que par le passé de nombreuses plaintes avaient déjà été déposées mais sans suite, sous prétexte qu’il n’y avait pas de preuves. Nous pouvons voir là le manque d’actions de l’ordre des médecins qui sont prêts à châtier sévèrement un médecin généraliste pour utilisation de médecine parallèle mais qui préfèrent fermer les yeux sur les viols à répétitions commis par un psychiatre. Cherchez l’erreur !

Un psychiatre de plus a été découvert, son crime est étalé aux yeux de tous et j’aimerais bien que cela force ces gens, puisqu’ils n’arrivent pas à le faire eux-mêmes, à avoir beaucoup plus d’éthique.

Il faut les obliger à être plus corrects pour le bien-être des femmes qui vont vers eux en toute confiance.

Maintenant, vous mesdames qui souhaitez avoir de l’aide, après avoir lu ces multiples articles sur la face noire de ces « praticiens », vous allez peut-être être plus regardantes quant aux agissements de ces criminels.

En aucun cas, je dis bien en aucun cas, un psychiatre ne doit avoir une approche sexuelle, ni même sensuelle avec ses patientes.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)



Viol « thérapeutique » en psychiatrie

J’ai souvent vu les excuses que la psychiatrie peut donner pour expliquer les crimes qu’elle commet mais là j’avoue que ça dépasse de loin ce que j’avais déjà lu.

« Un infirmer est jugé pour des actes sexuels avec deux pensionnaires de l’hôpital psychiatrique de Prangins. Il utilisait cette «méthode» pour des besoins «thérapeutiques »

Il faut quand même être sacrément gonflé ne trouvez-vous pas pour oser dire une chose aussi aberrante ?

Il est vrai que la psychiatrie et ceux qui y travaillent ont une manière particulière de vouloir soigner les gens n’est-ce pas ? Mais un viol thérapeutique c’est quand même du jamais vu, pour moi du moins !

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER )



Un psychiatre et ses séances très particulières.

La psychiatrie est une « science » très étrange car ses pratiquants, les psychiatres, ont une manière de voir l’éthique, les règles qu’ils doivent appliquer, complètement déformées et c’est de cela que devra répondre devant la justice le psychiatre Bernard Calamy.

Il admet des attouchements sur ses jeunes patientes et sur sa filleule mais pas de viol se défend-il.
Il admet avoir dérapé mais sans avoir eu l’intention de nuire.

« À l’expert psychiatre, Bernard Calamy a admis avoir « dérapé » avec sa filleule de 9 ans. « Mais il n’a pas eu l’impression de lui nuire ».

C’est simple ne trouvez-vous pas ? « J’ai dérapé mais c’est pas grave » voilà ce qu’il dit alors que c’est tout simplement criminel. Un prédateur qui a comme cible une enfant, un membre de sa famille de surcroît.

La folie de ces gens-là devient de plus en plus visible et il est temps je pense que l’Etat français y mette un frein énergique ; nous découvrons de plus en plus ces dernières années l’étendue des dégâts que peut faire la psychiatrie sur les êtres humains dont elle a la charge.

Profitant de leur pouvoir et de leurs diplômes, un grand nombre de psychiatres se permettent d’influencer leurs patientes pour assouvir leurs pulsions sexuelles et pour ceux qui n’en ont pas, ils agissent de telle manière que les gens qui sont sous leur responsabilité se retrouvent soit dépendants de médicaments extrêmement dangereux soit encore plus dépressifs qu’ils ne l’étaient en arrivant.

La santé mentale est bien trop importante pour qu’on la confie à des psychiatres.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)



Le viol est positif pour certains psychiatres

Au Canada certains psychiatres expliquent que parfois le viol d’une patiente peut être positif… eh ben voyons !
Je serais quand même surpris si ce même psychiatre se faisait attaquer un soir en rentrant chez lui et sodomiser et qu’ensuite il dise qu’il a trouvé cela positif. Quoique…

Plaisanterie mise à part je trouve scandaleux que de telles personnes (les psychiatres) puissent être expertes auprès des tribunaux ; heureusement les dits tribunaux n’ont pas eu l’air d’apprécier l’intervention du psychiatre Gérard Leblanc.

Nous voyons là encore l’outrecuidance de la psychiatrie qui se croit toute puissante et qui s’imagine toujours qu’elle peut se permettre de dire n’importe quoi sans être inquiétée. La psychiatrie tombera d’elle-même, sans que quiconque ne l’ait poussée. Elle tombera car elle n’est pas capable de voir les pièges qu’elle se tend toute seule.

Notre comique préféré Coluche disait pour se moquer de la police « ne vous inquiétez pas je ne suis pas de la police » et maintenant nous pourrions dire « pas d’inquiétude je ne suis pas psychiatre ».

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)



Un groupe de Français contre les abus de la psychiatrie

A partager

Comment faire pour lutter contre les crimes et les abus de la psychiatrie ? Elle est partout, dans tous les médias et dans toutes les bouches alors notre bureau alsacien a décidé de faire la même chose en créant 28 sites qui expliquent point par point, catégorie par catégorie ce que sont réellement les psychiatres.

La semaine dernière j’avais eu le plaisir de vous annoncer la création de 14 sites traitant de ce sujet et aujourd’hui je vous informe que 14 autres ont été lancés sur internet, soit un total de 28 sites reprenant 895 articles expédiés à travers le monde entier.

Partagez SVP cette nouvelle sur la page Facebook de vos amis et vous participerez activement, d’une manière ludique, à ce que les crimes de la psychiatrie soient dénoncés à grande échelle et d’une façon importante.
L’équipe française d’Alsace a donc le plaisir de vous présenter ci-dessous tous les sites créés depuis 15 jours.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER et mis en place par Ceggy)

Que faire en psychiatrie ?

Documents psychiatrique

Ecole et psychiatrie

Les électrochocs en psychiatrie

Laboratoire pharmaceutique et psychiatrie

Les livres interdits aux psychiatres

Les manipulations en psychiatrie

Statistiques

Réponses des politiques concernant la psychiatrie

Témoignages sur la psychiatrie

Une autre vision de la psychiatrie

Les erreurs en psychiatrie

Liste des effets secondaires provoqués par la psychiatrie

Forum-Anti-Psychiatrie

Les bizarreries de la psychiatrie

Actes criminels commis par la psychiatrie

Crimes et abus de la psychiatrie

Echecs psychiatriques

Les viols en psychiatrie

Le pouvoir des psychiatres

Condamnation des psychiatres

La psychiatrie dans le monde

Stars et psychiatrie

Stratégie psychiatrique

Psychiatrie et politique

Psychiatrie et religion

Sexe et psychiatrie

Manifestation contre les crimes de la psychiatrie

La psychiatrie et l’argent

 

sem



14 nouveaux sites contre les abus de la psychiatrie

Je vous l’avais dit et nous l’avons fait. 14 petits sites viennent d’être créés pour dénoncer avec plus de vigueur les crimes et les abus de la psychiatrie et des psychiatres.
Ces sites sont les catégories du site mensongepsy.com et ainsi chaque personne peut aller consulter la catégorie qui l’intéresse particulièrement.
Ils vont ce week-end être traduits directement dans la langue du pays et de cette manière chaque internaute dans le monde entier pourra le lire dans sa propre langue.

Plus vous ferez connaître ces sites autour de vous, plus vous en parlerez sur Facebook, plus vous ferez des liens et les partagerez sur vos pages et plus nous dénoncerons les agissements criminels de la psychiatrie.

Voilà mes amis, nous avons le plaisir de vous présenter les derniers nés de nos bureaux alsaciens.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER et mis en place par Ceggy)

Les bizarreries de la psychiatrie

Actes criminels commis par la psychiatrie

Crimes et abus de la psychiatrie

Echecs psychiatriques

Les viols en psychiatrie

Le pouvoir des psychiatres

Condamnations des psychiatres

La psychiatrie dans le monde

Stars et psychiatrie

Stratégie psychiatrique

Psychiatrie et politique

Psychiatrie et religion

Sexe et psychiatrie

Manifestations contre les crimes de la psychiatrie



Les beaux mots, maux de la psychiatrie

A partager sur votre page Facebook

le titre de l’article que je vous présente est: L’importance de l’informel en psychiatrie et est tiré du site infirmiers.com.
Que de belles phrases pour ne rien dire. ou plutôt pour dire des choses qui ne sont malheureusement d’actualité:

« Tisser du lien, affirmer le primat d’une parole qui nous oblige à la création d’une qualité d’ambiance relationnelle… »

Tout le texte est ainsi, tissé de belles idées mais surtout tissé du plaisir de s’écouter parler car c’est ce qui ressors de cet article.

Etre à l’écoute des patients! oui bien sur. Etre proche des dit patients! encore bien sur mais qu’en est il de la réalité? et bien cette belle chose que l’on nomme réalité est tout autre. les « malades » sont bourrés de médicaments qui les rendent amorphes, légumes, incapable d’avoir une idée clair et encore moins capable de réfléchir.

qu’en est il de l’écoute? la encore les psychiatres et les infirmiers en psychiatrie, n’en déplaise aux lecteurs ou créateur du site infirmiers.com, sont très très loin de la scène idyllique qu’ils voudraient soit disant atteindre car en guise de communication c’est la camisole de force, les électrochocs qui attendent ceux qui voudraient maladroitement communiquer avec les soignants de tout poils.

Vous pensez peut-être de je brosse un noir tableau et que tout n’est pas ainsi? On voit bien que vous n’avez pas passé trois ans en psychiatrie comme j’ai eu la malchance de la faire. Vous pensez que cela c’était avant, quand j’étais jeune mais je vous assure que les méthodes de « soins » n’on absolument pas changé.
Si cela avait changé et si les hôpitaux psychiatriques avaient des résultats ils ne manqueraient pas de faire étalage d’un grand nombre de statistiques le prouvant mais là, chose curieuse, aucun résultat fiable, fait par exemple par des organismes indépendants, ne sont présenté et quand vous discuté avec un psychiatre sur cela il ne sait pas quoi répondre autre que « le cerveau humain est très complexe »

L’homme n’est pas si compliqué que ça je vous l’assure. Si vous voulez l’aider il faut lui apporter en effet de la tendresse, de la compréhension et communiquer avec lui. Mais comment pouvez-vous messieurs les infirmiers en psychiatries en bourrant les patients de médicaments et qui les rendent incomprenable? Dites moi comment voulez-vous communiqué quand la personne qui est en face de vous est incapable d’aligner deux phrases l’une après l’autre sans s’emmêler les pieds? C’est impossible je vous l’assure.

Alors si vous voulez que les « soins » soient revu entièrement, que les brutalités dont sont sujets les gens que vous garder, soient inexistantes, que les électrochocs soient interdit, que les médicaments que les patients mangent par poignées soient rejetés vous devez vousq rebeller contre cette institution qu’on appelle psychiatrie car au lieu d’aider elle martyrise et ça c’est de votre responsabilité.

Bon, je vois que je me suis laissé aller à répondre à l’article de ce site mais convenez en que lorsqu’ »on voit ces paroles mielleuses qui n’on d’autres buts que de se gargariser de mensonges on peux avoir envie de secouer ces « infirmiers en psychiatries » et de leurs dire « chiche, allez y »

le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)



Absurde. La psychiatrie persiste et signe

A partager sur votre page Facebook

Encore une agression dans un hôpital psychiatrique.

Il est courant qu’en psychiatrie les « patients » deviennent violents. Pensez-vous que les infirmiers ou les psychiatres se posent la question du pourquoi de cette violence ? Non bien sûr car cela voudrait dire qu’ils sont capables de se remettre en question. La seule solution qu’ils ont à proposer c’est… plus de médicaments, plus de personnel de sécurité. Malgré ces deux choses bien en place, les agressions perdurent. Imaginer qu’il viendrait à l’esprit de ces êtres dégradés et bornés que sont les psychiatres qu’il pourrait y avoir une autre solution, celle-ci ne fonctionnant pas malgré leur persévérance, relèverait de la fiction car pour eux point de salut en dehors des médicaments, des électrochocs et des enfermements.

Ils pourraient même mettre l’armée dans un hôpital psychiatrique que rien n’y ferait car la raison de cette violence est tout à fait compréhensible.
Les antidépresseurs sont bien connus pour avoir des effets désastreux comme l’agressivité, la dépression et la violence entre autres, alors comment imaginer qu’en donnant encore davantage de ces produits nocifs aux gens ils deviendront doux comme des moutons !

Ce qui est étonnant également dans cet article c’est que la ministre de ce pays annonce que « le personnel de sécurité est maintenant formé et disposé à prêter main-forte ».
Le personnel de sécurité ! On pense rêver quand on lit cela. On se croirait dans une prison et non dans un endroit où normalement les aidants doivent aider ceux qui en ont besoin et non les garder de force comme du bétail.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)

 

 



L’isolement psychiatrique reconnu par les aides-soignants

A partager sur votre page Facebook

Les « soignants » en psychiatrie reconnaissent que les « soins » qu’ils donnent aux malades ne sont absolument pas à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre d’organismes payés par l’Etat français.

Que disent-ils ? Eh bien ce que le site dénonce depuis de nombreuses années, c’est-à-dire des enfermements abusifs et prolongés, des « traitements » médicamenteux pour avoir la paix entre autre.

Leur conclusion est qu’ils manquent de personnel et là ils se trompent car s’ils regardaient un peu mieux les soi-disant soins qu’ils apportent aux malades, ils verraient que cela n’est absolument pas adapté. En effet on ne doit pas traiter des êtres humains comme des animaux pour être tranquille mais les traiter comme des êtres à part entière qui ont besoin de tendresse, d’écoute, de compréhension et surtout pas de drogues.

Il est précisé aussi que dans tous les hôpitaux psychiatriques c’est le même mode de « non soins » qui règne ; il faut bien reconnaître qui si les « aides-soignants » en psychiatrie s’en plaignent, ce qui est une première, vous pouvez être certains que ce n’est qu’une petite partie de l’iceberg, mais ça vous le saviez déjà.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)

 



L’internement abusif, l’arme des divorces

Valérie DUBOIS est une femme comme les autres. Mariée en 2002 elle mène une vie paisible avec son mari et ses deux jeunes enfants jusqu’au jour où des problèmes surgissent et le mari devient violent envers elle et leurs petits.

Réaction absolument normale de cette jeune mère de famille que de porter plainte auprès de la justice.

Devant cette rébellion à l’ordre patriarcal, le mari va voir le médecin de famille, Monsieur Pascal GAY, et lui demande de faire un certificat d’internement en psychiatrie expliquant que sa femme, ayant une croyance certaine en Dieu, est folle car elle aurait des délires mystiques.

Sans jamais recevoir l’épouse, le médecin remplit les papiers pour la faire interner et celle-ci est arrêtée chez elle devant ses enfants et conduite dans un hôpital psychiatrique où elle restera un mois sans aucun suivi.

Le médecin et l’époux devaient penser que tout se déroulerait selon leur prévision mais cette jeune femme n’avait pas l’âme d’un mouton que l’on mène à l’abattoir ; elle s’est défendue tant et si bien qu’elle fut libérée, par contre le mari ainsi que le praticien furent condamnés par la justice.

En dehors de l’absurde réaction de l‘homme envers son épouse, deux choses entre autres me sont insupportables : le fait que le mari tout comme le médecin se servent de la croyance de cette jeune femme « selon l’époux, Valérie Dubois, qui fréquente l’église évangélique Charisma, » pour la faire interner alors que j’étais persuadé que nous vivions dans un pays où la liberté religieuse était de mise et le fait que la psychiatrie ait pu croire un seul instant au certificat du médecin qui n’est pas un professionnel du mental humain. Je rappelle que les psychiatres se targuent d’être ces professionnels-là alors que nous pouvons voir dans cette affaire qu’ils ne sont que les charlatans que nous avons toujours dénoncés dans mon site.

Qu’ont fait les psychiatres ? Ils ont tout simplement enfermé Valérie DUBOIS sans jamais s’occuper d’elle. Qui a payé cet internement abusif à votre avis ? Nous bien sûr, et qui a touché de l’argent par l’Etat ? La psychiatrie évidemment.

Avant de finir ce court article je voudrais féliciter cette jeune femme pour son courage et sa détermination et lui dire que mon équipe et moi sommes avec elle ; si d’aventure elle avait besoin de nos services concernant ce qu’elle a vécu en psychiatrie elle peut compter sur nous.

Le Webmaster (correctrice Nathalie THEPENIER)